Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


Canonniers sédentaires de Lille créés en 1483 - Boutons 1er Empire - L'unité

  1. À partir de 19,00 €

    Délai selon option

    Commander

ANCIENS PRIX: 29 € POUR LES PETITS, 35 POUR LES GROS.
Beaux boutons anciens, très bon état.
Portés par le corps sur lequel Wikipédia nous donne quelques informations.

2 tailles disponibles : 17 et 25 mm. 1 ère moitié du XIX ème.

Nombre très limité.

Créée le 2 mai 1483, la « confrérie des canonniers et couleuvriniers » de Lille est alors appelée confrérie de sainte Barbe. Elle participe dès lors à la défense de la ville avec les armes de l'artillerie. Ainsi, lorsque Louis XIV fait le siège de la ville, les Canonniers le combattent. Pour récompenser leur courage, et leur habileté, Louis XIV leur garantit le maintien de leurs privilèges, et leur octroie deux canons d'honneur.

En 1708, les canonniers participent, aux côtés des troupes françaises, à la défense de la ville lors du siège de 1708. Le Canonnier maître charron Jacques Boutry s'illustre par son ingéniosité pour réparer la porte d'eau, charnière de la défense lilloise. Il est récompensé par le maréchal de Boufflers qui l'anoblit.

Le siège de 1792, est le fait d'armes plus marquant de l'histoire des Canonniers. La confrérie de Sainte-Barbe a été dissoute, mais les confrères se sont tous engagés volontaires et servent dans le même bataillon "Égalité". La résistance des Lillois est héroïque. Les Canonniers n'ont pas quitté les remparts de tout le siège, y compris le capitaine Charlemagne Ovigneur qui apprend que sa maison et ses ateliers brûlent, et que sa femme accouche la même nuit.

Napoléon Bonaparte rend hommage à cette résistance et c'est en tant que consul qu'il reforme un bataillon distinct de la garde nationale le 31 août 1803, le bataillon des canonniers sédentaires de Lille. Il leur offre deux canons Gribeauval, présentés au musée des canonniers, l'Hôtel qu'ils occupent toujours, et remet au capitaine Ovigneur, la Légion d'honneur.

haut de page