Logo EmpireCostumeEmpireCostume

Costumes, uniformes et accessoires pour la reconstitution historique et la collection

Découvrez AntikCostume.com : notre site généraliste

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


Lot de 9 pièces de 1640 à 1792, de Louis XIII à la révolution

  1. 79,00 €

    En stock, expédié sous 24 à 72h

    Commander

PRIX PRECEDENT: 109 €.
Ensemble comprenant :
- 2 double tournoi époque Louis XIII, fortement usés dont un de 1640
- 2 pièces en bronze de Louis XVI de 1788 t 1790
- 4 pièces de 5 centimes, 2 de l'an IV et 2 de l'an 8
- 1 "médaille de confiance" en bronze appelée aussi monneron, datée 1792, an IV de la liberté

La « banque Monneron », dite en réalité « Monneron frères négociants », est un établissement financier créé par une famille de négociants français qui obtint en 1791 le droit de frapper une monnaie de cuivre qui portait l'inscription Monneron Frères d'où leur désignation de « monneron »
Inventeurs de la première monnaie de nécessité française, les frères Monneron jouirent à leur époque d'une grande notoriété mais finirent ruinés. Ils s'illustrèrent entretemps avec la création de la Caisse des comptes courants.

Une monnaie de nécessité

Les Monneron avaient établi des comptoirs dans les principales villes de France. Le siège de leur établissement était situé à côté du Louvre, sur la place du Carrousel à Paris2.

Moyennant une commission, les Monneron proposaient d'échanger leurs jetons appelés « médailles de confiance » contre des assignats selon un barème plancher fixé à 50 livres tournois. Mais leur trop grande confiance dans le papier révolutionnaire et sa rapide dépréciation les laissa avec un stock énorme d'assignats, alors que le public thésaurisait leurs médailles, d'autant plus que le cuivre se raréfiait. Les Monneron en avaient fait frapper pour plusieurs millions d'unités en Angleterre, et avaient dû pour cela débourser d'importantes liquidités en argent et en or pour acheter du cuivre anglais et payer la frappe, d'où il s'ensuivit une perte considérable. La ruine était au bout de l'aventure…

Les frères Monneron firent fabriquer en Angleterre par Matthew Boulton, grâce à la machine à vapeur de Watt plusieurs types de pièces en grande quantité dans l'atelier monétaire de la Soho Mint à Birmingham, à partir de la fin de l'année 1791.

Ces monnaies de nécessité auraient dû suppléer à la pénurie monétaire qui régnait en France et leur qualité technique et esthétique était bien supérieure aux médiocres productions officielles contemporaines en métaux vils.

En mars 1792, les Monneron firent faillite et Pierre s'enfuit. Son frère Augustin reprit l'affaire, mais le décret du 3 septembre 1792 interdit la fabrication des monnaies privées et la commercialisation des médailles de confiance. Ces monnaies de nécessité circulèrent en fait jusqu'à la fin de 1793.

haut de page