Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


dimanche 29 mars 2020

Les pièces de monnaie ayant un lien historique avec l'Empire

Vaste sujet que celui dit des pièces "Napoléonides".

Dans cette rubrique peuvent rentrer les pièces des petits états italiens "libérés" lors de la 1 ère campagne d'Italie, mais aussi les pièces des différents états de la confédération du Rhin, les territoires d'outre mer, Neuchatel, attribué au prince Berthier....
Nous ne traiterons dans un premier temps que des territoires/pays qui ont subi l'influence de l'Empire au delà de sa chute.

A la fin du séjour de Napoléon à Sainte Hélène, l'ile émet une pièce d'un demi penny.
Pour la petite histoire j'ai trouvé cette pièce sur une brocante qui avait lieu tous les dimanches...à Waterloo, doublement historique!

BERNADOTTE, ROI DE SUEDE.
Curieux destin que celui de Bernadotte.
Farouche républicain, il s'est parait il fait tatouer sur sa poitrine la profession de foi “Mort aux rois!”.
Il a épousé l'ancienne fiancée de Bonaparte que celui ci avait délaissée pour se marier avec Joséphine.
Ses rapports avec Bonaparte, puis Napoléon sont souvent conflictuels.
Malgré des performance militaires parfois limitées, une opposition latente qui frôle souvent la trahison, il le nommera maréchal, et l'appuiera dans sa demande pour accéder au trône de Suède.
Bernadotte le trahira brutalement par la suite, et donnera de judicieux conseils aux alliés pour contribuer à vaincre les armées de Napoléon.
Il fera même partie des alliés et enverra des troupes contre la France lors de la campagne de 1813.
Son profil ne figure pas immédiatement sur les pièces de monnaie.
En 1810, il fut choisi par le Parlement suédois comme héritier du roi Charles XIII, vieux, malade et sans enfants, prenant alors le nom de Charles Jean et le titre de régent du royaume, mais il ne monte sur les trônes suédois et norvégien en février 1818 après la mort de Charles XIII/II.

Rubriques : • Un peu d'histoire


haut de page