Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


Boutons type cabillot en bois recouvert de fil tressé noir

  1. Nouveauté

    9,70 €

    8 à 12 semaines de délai

    Commander

Type de bouton largement utilisé à la belle époque pour agrémenter les brandebourgs sur les dolmans et aussi fermer vestes et capes.
Longueur : 45 mm
Largeur maximale : 13 mm
Largeur aux extrémités : 10 mm

La partie sur laquelle se coud le bouton, est légèrement aplatie

Étymologie du terme "cabillot" selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales :
cheville de fer ou de bois dur, logée dans les trous des râteliers, servant à amarrer les manœuvres courantes.

Cabillot d'amarrage, de tournage :
Les cordelettes [suspentes du ballon] (...) se terminent en cordes tressées finissant en boucles qui viennent s'attacher aux cabillots en bois fixés par un transfil continu au cercle de suspension. L. Marchis, Leçons sur la nav. aérienne,1904, p. 79.
B.− Arg. de la mar.
Soldat de l'armée de terre. L'ennemi naturel du matelot, c'est le soldat passager, plus souvent nommé cabillot, à cause de l'analogie qu'on peut trouver entre une demi-douzaine de cabillots − chevilles − alignés au râtelier et des soldats au port d'armes (France1907).
Prononc. et Orth. Cf. cabillaud. Seules transcr. de cabille dans Land. 1834 : ka-bi-ie (avec yod) et dans Gattel 1841 : ka-bi-llie (avec [λ] mouillée). Ac. Compl.
1842 : "Les cabillots s'appellent aussi cavaillots et quinconneaux".
La forme cabille est attestée dans Land. 1834 et dans Gattel 1841 qui donne également cabilah. Homon. cabillaud. Étymol. et Hist. 1687 mar. (Desroches, Dict. d'apr. Arveiller dans Fr. mod., t. 25, p. 307 : Cabillots, sont des petits bouts de bois);
1838 arg. mettre un cabillot en travers de sa langue « résoudre de se taire » (Esn.); 1889 flanquer un cabillot « frapper un fistot avec un cabillot » (d'apr. R. Coindreau, L'École navale et ses traditions, l'argot baille, p. 95). Empr. au prov. cabilhot « cheville » attesté en langued. (Mistral) et en gasc. (Palay; Lespy, Raymond, Dict. béarnais anc. et mod., Montpellier) dér. de cabilha « cheville » (Mistral), attesté dep. 1283 (cavilha dans Rayn., s.v. cavilla) corresp. au fr. cheville*. Fréq. abs. littér. : 2.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


haut de page