Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


Grand collier de l'Ordre du Saint Esprit

  1. 670,00 €

    Épuisé

Très rare copie de collier de collier de l'ordre du saint Esprit.
Vous avez peu de chance de trouver un original, ou alors comptez quelques centaines de milliers d'Euros.
(Voir:Vente Sotheby's des 29 et 30septembre 2015
Ordre du Saint-Esprit, le collier par Ouizille et Lemoine, provenant de Louis-Philippe d’Orléans (1773-1850), futur roi Louis-Philippe).
Notre copie n'est pas parfaite, mais elle a le mérite d'exister, nous n'en n'avons qu'une seule en stock.

L'ordre royal du Saint-Esprit

Devant la division du royaume due aux guerres de Religion, Henri III se résolut à rassembler la noblesse autour de lui dans un nouvel ordre de chevalerie. Institué en 1578, il fut dédié au Saint-Esprit car le souverain avait été élu roi de Pologne en 1573, le jour de la Pentecôte, et était devenu roi de France au décès de son frère Charles IX en 1574, le jour de la même fête. Le siège de l'ordre se tenait à Paris, au couvent des Grands-Augustins sur la rive gauche de la Seine. Les statuts indiquent que l'ordre était composé de cent chevaliers nobles et catholiques dont neuf ecclésiastiques et quatre grands officiers chargés de l'administration. Les cérémonies avaient lieu une fois par an pendant trois jours ; on s'y prononçait sur les nouvelles nominations proposées par le roi ou l'on décidait de sanctions à l'encontre de chevaliers fautifs. Sous Louis XIV, l'importance de l'ordre devint considérable et, au XVIIIe siècle, son trésor atteignit une telle ampleur qu'il pouvait servir de banquier au roi. Symbole de la société de l'Ancien Régime, il fut aboli par la Révolution puis rétabli sous la Restauration avant de disparaître en 1830.

haut de page