Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


Histoire de Miss jenny par Madame Riccoboni, Brocas et Humblot MDCCLXIV...Avec approbation et privilège du roi!

  1. Nouveauté

    120,00 €

    En stock, expédié sous 24 à 72h

    Commander

3 volumes 10 X 15 cm. 1 tome de 176 pages, les 2 autres font 200 pages. Tampons d'un ancien bibliophile (suédois?).

Marie-Jeanne Riccoboni (25 octobre 1713 - 7 décembre 1792 à Paris) est une comédienne et romancière française.
Voici ce qu'en dit notamment Wikipédia:
En 1761, Marie-Jeanne Riccoboni quitte son métier de comédienne pour se consacrer à la littérature et s’installe rue Poissonnière avec son amie Thérèse Biancolelli.
Les débuts de sa carrière littéraire, tout de suite couronnée par des succès, lui valent la considération et l’estime de Diderot, qui dit d’elle : « Cette femme écrit comme un ange, c'est un naturel, une pureté, une sensibilité, une élégance, qu'on ne saurait trop admirer ».

Romans épistolaires: Elle écrit dix romans et cinq nouvelles, mettant au goût du jour le style épistolaire, à l’imitation de Richardson, dont les ouvrages traduits par l'abbé Prévost avaient eu un immense succès en France.

Elle débute en 1757 par les Lettres de Fanny Butler, souvent considérées comme relatant l’épisode de sa malheureuse liaison avec le comte de Maillebois.
En 1761, elle écrit une Suite de la vie de Marianne, si bien imitée de Marivaux (La Vie de Marianne) qu’il faudra publier une mise au point pour détromper le public.
Avec Ernestine, en 1762, elle obtient un grand succès : La Harpe affirma qu’« Ernestine » était son « diamant » et loue son style.
Laclos en tira un drame lyrique mis en musique par le chevalier de Saint–Georges, en 1777.
Après une brillante carrière littéraire, elle meurt dans la misère en 1792, la révolution ayant tarie sa pension versée par le roi...

haut de page