Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


La Garde Impériale - Tome 5 - Le train d'artillerie etc.

  1. 12,00 €

    Épuisé

UN SEUL A VENDRE, OCCASION.
La Collection : UNIFORMES & EQUIPEMENTS éditée par Histoire et Collections est une série incontournable pour tous les amateurs d'uniformologie.
Les auteurs sollicités sont des auteurs de référence, les dessins sont clairs et précis.
Vraiment indispensable pour tous les figurinistes et reconstitueurs.

Format : 199 X 239

Nombre de pages : 82

Nombre de photos : 100

Langue : Français

Avec ce cinquième volume s’achève notre passage en revue de la Garde Impériale. Nous commencerons par la suite du chapitre consacré à l’artillerie à cheval de la Garde.
Nous aborderons ensuite des unités trop souvent mal aimées des historiens militaires, le train d’artillerie et le train des équipages. Une armée n’est rien sans soutien logistique et celle de l’Empereur n’aurait pu conquérir l’Europe sans les conducteurs du train dont le courage et l’abnégation, dans des circonstances souvent difficiles, lui permirent de vaincre.
Nous évoquerons ensuite l’administration de la Garde dont les commissaires des guerres, les inspecteurs aux revues et leurs personnels durent, pendant quinze années, habiller, équiper et approvisionner la glorieuse phalange. Puis seront abordés les problèmes du service de santé qui, grâce à l’admirable Larrey et ses célèbres ambulances volantes, sut apporter aux blessés des secours plus efficaces et plus rapides sur les champs de bataille.
Nous terminerons par l’état-major, élément indispensable à la conduite des opérations, avec les adjudants-commandants, leurs adjoints et leurs infatigables aides de camp. Sans oublier, bien sûr, les fameux officiers d’ordonnance, à l’activité débordante, qui furent les « yeux », les « oreilles » et la « voix » de l’Empereur.

haut de page