Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


samedi 28 mars 2020

Les différentes pièces à l'éffigie de Napoléon Bonaparte

A son retour d'Égypte, par un coup d'état, celui du 18 brumaire an VIII (9 et 10 novembre 1799), le général Bonaparte, choisi comme "sabre" par les conjurés qui veulent renverser le directoire, s'arroge le titre de 1er Consul.
La constitution de l'an X le nomme ensuite consul à vie.
La loi du 7 germinal an XI (28 mars 1803) puis l'arrêté du 28 germinal an XI instaurent une monnaie sur laquelle apparait le profil du Ier consul, tête nue, entourée de "BONAPARTE PREMIER CONSUL".
Sur l'autre face, "REPUBLIQUE FRANÇAISE".

Le Premier consul, est assuré d'une forte popularité, le régime semble solidement établi, jusqu'à la tentative d'assassinat par Cadoudal, fomentée par les royalistes. Bonaparte veut assoir définitivement ses réformes et la stabilité du pays.
Il organise un référendum pour proposer le passage de la république à l'empire, il sera Empereur des français sous le titre de Napoléon premier.
Par décret du 7 messidor an XII (26 juin 1804), un nouveau type de pièce est frappé.
Elle est toujours à son effigie, mais son profil est moins émacié, il a toujours la tête nue, le calendrier est toujours le calendrier républicain, et c'est toujours la mention "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE" qui figure au revers.
En effet Napoléon se présente comme le gardien des acquis de la révolution, et se revendique comme héritier du régime dans ce qu'il a pu avoir de positif.
Il est sacré le 2 décembre 1804 dans la cathédrale de Notre Dame de Paris.

Si le système métrique et de nombreuses autres institutions de la république sont jugées très positivement par la population française, il n'en est pas de même du calendrier républicain! Très rapidement (le 8 novembre 1805) il est remplacé par le calendrier grégorien, celui de l'ancien régime, qui est d'ailleurs celui que nous utilisons encore de nos jours. Toujours pas de couronne sur la tête, toujours la mention république.

Dans l'optique d'un régime très inspiré par la Rome antique, un Empereur doit être couronné de laurier sur les représentations qui en sont faites.
Le modèle suivant , créé par la circulaire du 5 aout 1807, représente donc un Napoléon couronné, mais la mention "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE" est toujours présente au revers.

L'ultime modèle, créé par décret impérial du 22 octobre 1808, sera frappé jusqu'à la première abdication, le 6 avril 1814
Cette fois ci, oubliée la République, c'est bien la mention "EMPIRE FRANÇAIS" qui apparait

Napoléon part en exil à l'île d'Elbe dont il devient le roi.
En France le roi Louis XVIII s'assure rapidement l'inimitié de la population par des décisions maladroites.
Par ailleurs il ne verse pas à l'Empereur déchu les sommes qu'il devait percevoir, et des bruits parviennent à ce dernier, indiquant que les puissances alliées envisageraient de l'exiler plus loin des côtes françaises, on parle même déjà d'une certaine île de Sainte Hélène.
Tentant un incroyable coup de poker, Napoléon débarque le 1er mars 1815 à Golfe Juan.
Sans tirer un coup de fusil "L'aigle vole de clocher en clocher jusqu'au tour de notre Dame" et Napoléon est accueilli triomphalement.
Les puissances alliés n'entendant pas laisser le régime s'installer de nouveau, et prévoient de se rassembler pour attaquer la France.
Anticipant cette décision, Napoléon décide d'attaquer les anglais et les prussiens en Belgique avant qu'ils ne soient rejoint par les russes et les autrichiens, c'est la défaite de Waterloo, le 18 juin 1815, suivie de l'abdication en faveur de son fils et de sa reddition aux anglais le 8 juillet.
Durant cette période dite des "100 jours", l'ancien type monétaire est repris, mais ce qui fait la rareté de cette pièce c'est la très courte durée pendant laquelle elle a été frappée. 1 384 734 seront produites, alors que le type précédent l'a été à hauteur de 126 670 923...
Avant de revoir le profil d'un Bonaparte sur une pièce de monnaie officielle, il faudra attendre le 3 janvier 1852.

S'il est empereur des français, Napoléon a aussi été couronné roi d'Italie.
Son profil apparait sur les pièces du royaume, entouré de la mention " NAPOLEONE IMPERATORE E. RE" (Napoleon empereur et roi).
Sur le revers: REGNO D'ITALIA. Cette pièce fait le même poids que les pièces françaises, a le même diamètre...etc.
Une forme d'union monétaire règne dans les pays sous domination française pendant toute la durée de l'Empire.
C'est ce que vous pourrez voir dans une autre chronique consacrée au Napoléonides.

Rubriques : • Un peu d'histoire


haut de page